Michael Dudikoff

Michael Dudikoff


Biographie

Michael Dudikoff est né le 8 octobre 1954 à Redondo Beach, en Californie

Michael Dudikoff est né dans une famille d'origine russe. Atteint d'une forme sévère de dyslexie qui l'handicape encore aujourd'hui, le jeune Michael n'en poursuit pas moins des études pour devenir pédopsychiatre. Mais le destin va en décider autrement. Alors que le jeune homme travaille comme serveur pour payer ses études, un agent de casting remarque son physique avantageux et lui propose de devenir mannequin. Après les séances photo, Michael ne va pas tarder à enchaîner avec les plateaux de tournage, notamment télévisuels. Dès la fin des années 70, il tient des rôles dans des feuilletons comme « Dallas » et « Happy days ». Malgré le problème de sa dyslexie, qui lui impose un sévère travail de mémorisation de ses textes, il poursuit sa carrière de comédien, tenant progressivement des rôles plus physiques.

En 1981, le réalisateur-producteur Menahem Golan, roi du film d'action bourrin, embauche l'athlétique jeune homme pour tenir un petit rôle dans « L'Implacable Ninja ». Se distinguant sur ce tournage, Michael va obtenir sa grande opportunité quatre ans plus tard dans une autre production de Menahem Golan en tenant le rôle principal de « American Ninja », originellement prévu pour Chuck Norris. Le tandem que forme Michael Dudikoff avec l'acteur noir Steve James remporte les suffrages du public et contribue grandement à la mode du film de ninja, donnant naissance à toute une série de films. Notre homme devient l'une des vedettes maison de la Cannon, maison de production de Menahem Golan, grande pourvoyeuse de nanars et de séries B des années 80. Sportif, Michael n'en est pas pour autant un vrai artiste martial : au moins au début de sa carrière, il est doublé par un cascadeur spécialisé pour les combats compliqués, la cagoule de ninja rendant la substitution assez facile. Dans son premier film en vedette, c'est ainsi Richard Norton qui s'y colle.

A noter que la série des « American ninja » sera distribuée en France dans un parfait désordre. Le premier film sort dans notre pays sous le titre de « American Warrior ». Dans la foulée, un autre film avec Michael Dudikoff et Steve James, « Avenging Force », sort en France sous le titre « American warrior 2 », bien qu'il n'ait aucun lien avec le précédent. Le deuxième « American ninja » sortira lui sous le titre « Le Ninja Blanc ». Les spectateurs français auront donc la surprise de voir Steve James mourir dans le "deuxième" « American warrior » (Avenging Force) et ressusciter dans le "troisième" (« Le Ninja Blanc ») qui est en fait le vrai deuxième ! Pour compléter le tableau, un film avec Shô Kosugi, « Nine Deaths of the Ninja », sortira en France sous le titre de « American Ninja ». N'en jetez plus !

Entre-temps, Michael Dudikoff a passé le relais à David Bradley, qui sera le héros de « American Warrior 3 ». Il revient cependant pour faire équipe avec son successeur dans « Force de frappe (American Ninja 4) ». A noter dans ce dernier film une scène où il arrête une flèche... avec les dents (il a les mains bloquées par des ninjas). Il tue ensuite les ninjas avec cette même flèche, toujours en l'ayant dans la bouche ! (Cette scène à elle seule lui aurait valu son intronisation dans Nanarland)

Avec les années 90, la carrière de Michael Dudikoff s'essouffle un peu. Il continue de tourner dans des séries B d'action mais sa période de gloire est révolue. Satisfait du tremplin qu'ont constitué ses films de ninja, il souhaite s'imposer comme acteur "sérieux" mais ne parvient pas à percer de la même manière.

Son image d'acteur de série B des années 80 lui colle à la peau. Il n'en poursuit pas moins sa carrière de comédien, avec davantage de discrétion. En 2002, lassé de ne tourner que dans des films de seconde zone, il se sépare de son agent et décide de se donner un peu de temps avant de reprendre le chemin des studios. A quand une étude sociologique sérieuse sur la reconversion professionnelle des anciens ninjas ?


Filmographie

1980 : The Black Marble, d'Harold Becker

1981 : Les Tueurs de l'éclipse (Bloody Birthday), de Ed Hunt

1981 : The Best Little Girl in the World, de Sam O'Steen (TV)

1981 : Enter the Ninja, de Menahem Golan

1982 : Making Love, d'Arthur Hiller

1982 : I Ought to Be in Pictures, d'Herbert Ross

1982 : Tron, de Steven Lisberger

1982 : Star of the Family (série TV)

1983 : Sawyer and Finn, de Peter H. Hunt (TV)

1983 : Retour vers l'enfer (Uncommon Valor), de Ted Kotcheff

1984 : Young Hearts, de Tony Mordente (TV)

1984 : Le Palace en délire (Bachelor Party), de Neal Israel

1985 : Le Dernier missile (Radioactive Dreams), d'Albert Pyun

1985 : American Warrior (American Ninja), de Sam Firstenberg

1986 : Blood, Sweat and Tears, de Damian Lee (série TV)

1986 : North and South, Book 2, de Kevin Connor (feuilleton TV)

1986 : American Warrior 2: Le Chasseur (Avenging Force), de Sam Firstenberg

1987 : Le Ninja blanc (American Ninja 2: The Confrontation), de Sam Firstenberg

1988 : Platoon Leader, d'Aaron Norris

1989 : River of Death, de Steve Carver

1989 : Il Giustiziere del Bronx, de Vanio Amici

1990 : Midnight Ride, de Bob Bralver

1990 : Air America, de Roger Spottiswoode

1990 : American Ninja 4: The Annihilation, de Cedric Sundstrom

1991 : Mauvaise rencontre (The Woman Who Sinned), de Michael Switzer (TV)

1992 : The Human Shield, de Ted Post

1993 : Rescue Me, d'Arthur Allan Seidelman

1993 : Cobra, de Brad Turner (série TV)

1994 : Chain of Command, de David Worth

1995 : Cyberjack, de Robert Lee

1996 : Soldier Boyz, de Louis Morneau

1997 : Hardball, de George Erschbamer

1997 : Bounty Hunters, de George Erschbamer

1997 : Strategic Command, de Rick Jacobson

1997 : Moving Target, de Damian Lee

1997 : Nuclear Alert (Crash Dive), d'Andrew Stevens (vidéo)

1997 : The Shooter, de Fred Olen Ray

1998 : Musketeers Forever, de Georges Chamchoum

1998 : In Her Defense, de Sidney J. Furie

1998 : Freedom Strike, d'Allan A. Goldstein et Jerry P. Jacobs

1998 : Black Thunder, de Rick Jacobson

1998 : Ringmaster, de Neil Abramson

1999 : The Silencer, de Robert Lee

1999 : Contre offensive, de Fred Olen Ray

1999 : Fugitive Mind, de Fred Olen Ray (vidéo)

2001 : Stranded, de Fred Olen Ray

2001 : Ablaze, de Jim Wynorski

2002 : Gale Force , de Jim Wynorski (vidéo)

2002 : Quicksand, de Sam Firstenberg



19650336 pages visitées